31 mai 2011

DIALOGUE ENTRE ELLE ET LUI....

Notre ami Renarblanc (ex abonné de Médiapart) a écrit un livre qui vient d'être publié, "DIALOGUE ENTRE ELLE ET LUI".

 

Dialogue

(La couverture de ce livre est une peinture de l'auteur)

 

" Dialogue entre elle et lui

Gérard Netter

Elle, l’aime encore mais s’est lassée du « trop peu »…

Lui, l’aime toujours et n’a rien vu venir…

De là naît un dialogue d’amour, d’échanges, d’explications, de justifications, mais surtout de déclarations passionnées entre deux amants éternels dont la séparation, pour inéluctable, n’en est pas moins superficielle, géographique et temporelle.

Plus puissantes que les reproches, les secrets, les malentendus et le regret – de ce qui n’a pas été, de ce qui aurait dû ou pu être –, la beauté du souvenir et la force du lien s’imposent.

Cette conversation – et les poèmes qui lui succèdent – est pétrie de poésie. S’abreuvant à celle de Baudelaire, Char, Prévert, Barbara, Brel, Brassens, Moustaki, Gainsbourg et Reggiani, qui ont écrit et chanté les liens du cœur et des corps, la poésie de Gérard Netter, et des amants, est sans cesse inventive, tour à tour romantique et érotique.

À la difficulté du choix, au renoncement au peu pour préférer le rien, à la brutalité de la séparation, à la douleur du manque, les jeux de mots, allitérations et assonances en cascade, tricotent avec humour en vers (laine, dirait peut-être l’auteur…) la passion, la connivence, le plaisir et le désir.

Une correspondance amoureuse touchante sur le fond et jubilatoire dans la forme."

 

Pour ceux et celles ayant la chance de correspondre par messages avec Renarblanc (Moi !), nul étonnement devant la maestria d'icelui à jouer avec les mots, à les caresser, à les marier entre eux, à jouer avec leur consonnance.... Un artiste du verbe le goupil ! Et moi, j'adore ça !

J'ai plongé dans le recueil, lu et relu.... Un magnifique voyage dans l'univers somptueux mais souvent impitoyable de ce qui, finalement, fait tourner le monde : l'amour. (Et l'amour, j'adore ça encore plus !)

L'amour sous toutes ses formes, dans tous les sens, puissant, profond, charnel, mais aussi parfois léger, riant, jouissif,

L'amour qui peut aussi bien construire que tuer, nous faire grandir ou nous laisser moribond.

Espoir et désespoir, symbiose et affrontement, Lou et Jo vivent leur amour et leur rupture par messages envoyés ou imaginés, et par poèmes emplis de passion.

Elle, l’aime encore mais s’est lassée du « trop peu »…

Lui, l’aime toujours et n’a rien vu venir…

 

Extraits :

 

"Et quand une dernière étoile

Allumera des reflets

Sur les parois du matin,

 

Je te chuchoterai

Dans la langue des amants

 

Que rien, jamais rien, tu entends,

n'eut, n'a, n'aura

L'épaisseur ni l'accueil

De tes lèvres qui s'ouvrent.... "


 

 

"Tu tintin'à bulle mon luth de ta soie si gourmande

Et moi, je bine ton tulle en lutinant ta lune,

Tu t'fais pâture sous mes patines

J'te fais des furs et à mesure

Je démesure dans la brisure

Tu tout'allure tant tu es mûre,

Je râlentis, je fais césure,

Tu râles alors tant me désires

Et tu m'avales à lave en ture,

Me lav'avide mes deux ventures,

Pleines à sature de lav'à bulles,

Je te régale de mon bidule

Je te phalle et t'hulules,

Et je rafale et tu rafulles

De mon eau pâle, de ma biture....

Samedi, ma zouLouve grand miellinium,

Ravis au lit d'eau piaum,

On f'ra la nique à tous les cafards naüm.... "

 

 

Un régal ce livre....

 

Pour vous le procurer, cliquez ici :

http://www.jetsdencre.fr/

 

 

Posté par Neferjuju à 10:05 - Commentaires [15] - Permalien [#]


Commentaires sur DIALOGUE ENTRE ELLE ET LUI....

    Merci Juju pour ces extraits, et niquons tous les cafards, j'adore.

    Posté par daniavance, 01 juin 2011 à 23:12 | | Répondre
  • "Niquons tous les cafards..."
    Y a du boulot !
    Salut Dani,
    Etonnant que tu ne nous ais pas posé le lien d'une petite musique de derrière tes fagots ! L'amour ne t'inspirerait-il pas ? Un grand séducteur comme toi, ça m'étonnerait !
    Et bien moi, ça m'inspire, et de la s'cousse, je vous offre ça :
    http://www.youtube.com/watch?v=aADLdh9HIxg
    Aaaahhhh ! Quand Till Lindemann vous susurre dans l'oreille " Amour amour...Bitte bitte geb'mir gift ", moi ça m'envole...
    Le teuton peut-être poétique aussi.

    Posté par Neferjuju, 04 juin 2011 à 10:02 | | Répondre
  • Le téton aussi ! =D

    Posté par Z'arno, 04 juin 2011 à 15:39 | | Répondre
  • Bonsoir Juju, le grand séducteur qui n’a jamais existé, a vieilli.
    Ma foi en l’amour avec un grand A est passée, je crois plus aux amitiés qui supportent mieux le passage du temps.
    Ma musique de ce soir, du pays de mon papa:

    http://www.youtube.com/watch?v=FU-wBJ4r3f0

    Posté par daniavance, 04 juin 2011 à 18:54 | | Répondre
  • Oui, le téton aussi, bien sûr Maître Z'.... Et que dire du téton teuton ? A tâtons qui plus est... Un délice ! (Celui de tonton par contre...)

    Merci Dani pour les voix corses... Une caresse.
    Sinon, il paraît qu'entre l'amour et l'amitié il n'y a qu'un lit de différence, c'est Tachan qui le chante, et drôlement bien.
    http://www.youtube.com/watch?v=G-KiWstdPpY

    Bon dimanche les garçons...

    Posté par Neferjuju, 05 juin 2011 à 08:31 | | Répondre
  • Amour, amour

    Au top des hits, il y a l'amour.

    Excellent film hier soir sur Ciné+ Emotion : "Je l'aimais". Un film "pousse au divorce" et à l'abandon de sa maison de bord de mer, au cas de cette rencontre improbable au fond d'un amour encore plus fort que celui que l'on connait. Tellement fort qu'il réduit à rien le précédent. Hum...

    Mais si votre maison de bord de mer est vraiment chouette, c'est dur. Sans compter vos enfants.

    Ma mère à 90 ans après demain, a perdu mon père il y a plus de 30 ans et le pleure toujours.

    Amour, amour.

    Posté par xtal, 06 juin 2011 à 11:08 | | Répondre
  • copyright

    Salut à tous. Peut-on faire voyager l'info et le texte "ailleurs" ?
    Merci en tous cas pour l'info.

    Posté par shermum, 06 juin 2011 à 15:43 | | Répondre
  • Xtal, bien le bonsoir.
    Comme je n'ai pas de maison en bord de mer, je ne crains rien finalement ! Mes gamins commencent à être grands... En route pour le grand Amour ! (Sauf que je suis comme Dani, je n'y crois plus vraiment...)
    Peux-tu déposer comme ça, l'air de rien, une bise toute tendre sur la joue de ta maman, de ma part ?

    Chère Mum', mais où étais-tu donc passée ? Je commençais à désespérer... Heureuse de te lire mon amie...
    Moi je dis que ce serait drôlement bien de faire passer ce livre "ailleurs" (et le texte qui va avec) mais c'est à Renarblanc de décider.
    Qu'en penses-tu Renard aux yeux sublimes ?
    (Oui, des yeux sublimes, j'les ai vus !)

    Posté par Neferjuju, 06 juin 2011 à 19:59 | | Répondre
  • J'avais du taf militant-tant-tant et une embellie d'activités familiales en tous genres...

    Entendu hier dans un resto à Paris, une conversation fébrile entre anglophones (américains ?) qui a tourné un bon moment sur "Di-ess-keille"... Marrant !

    Trouvé pour vous sur mdp et nulle part ailleurs :

    http://www.youtube.com/watch?v=jt7bj8qXbxU&feature=youtu.be

    c'est james in paris himself !

    Et regardez bien dans la colonne de droite de l'accueil youtube, il y en a d'autres... )

    Posté par shermum, 06 juin 2011 à 21:17 | | Répondre
  • Merci à toi, belle Nefer, jolie môme i des bords du Nil, Juju à la fougue bien trempée...tes mots me touchent vraiment...ils vont à l'essentiel... Bien entendu, chère Mum "on peut faire voyager l'info et le texte ailleurs"... j'écris aussi pour être lu...et je suis à l'affût des réactions de lecteurs...

    Posté par Renarblanc, 08 juin 2011 à 07:58 | | Répondre
  • Chère Mum, merci pour james in paris, abonné à Médiapart. Pas vraiment manchot le garçon ! Y a vraiment des gens talentueux ! Et il faut les faire connaître. (Si Di-es-Keille jouait de la guitare comme James, dessinait comme Z'arno ou écrivait comme Renarblanc, il me serait déjà plus sympathique.)

    Renarblanc, je me permets de poser ici un passage de ton oeuvre, des mots que je trouve beaux, tout simplement :

    LE CRI

    Quand la blancheur des nuits noircissent les idées,
    J'écris pour travailler la beauté de mon cri.
    Ce cri
    Ecoute-le,
    C'est l'amour,
    Torturé,
    Piétiné,
    Rejeté,
    Déchiré,
    Méprisé,
    Lancé dans la corbeille
    Des vieux amours usés...

    Il
    Bouge
    Encore,
    Ma Jo,
    Ecoute,
    Il n'est pas mort,
    Il n'en finit pas
    De mourir
    Il se tord
    De douleur,
    Mais
    Il vit
    Et
    Il crie...

    Il y a
    Dans
    Son cri
    Encore
    De l'insolence...
    Il n'est
    Qu'un
    Bras
    D'honneur
    A la face
    Des bourreaux...

    Là,
    Je retrouve ces mots
    Dans le prologue
    D'une Saison en Enfer
    De Rimbaud :
    "Jadis, si je me souviens bien, ma vie était un festin où s'ouvraient tous les coeurs, où tous les vins coulaient.
    Un soir, j'ai assis la beauté sur mes genoux, et je l'ai trouvée amère, et je l'ai injuriée...
    J'ai appelé les bourreaux pour, en périssant, mordre la crosse de leurs fusils. J'ai appelé les fléaux, pour m'étouffer avec le sable, le sang. Le malheur a été mon dieu. Je me suis allongé dans la boue. Je me suis séché à l'air du crime. Et j'ai joué de bon tour à la folie.
    Et le printemps m'a apporté l'affreux rire de l'idiot."

    Le rire
    De l'idiot
    Habite le cri...

    Il
    Pleure
    Son
    Désespoir
    Mais
    Flirte
    Avec
    L'espoir...

    La légèreté
    Est là,
    Dans
    Le rire
    De l'idiot,
    Elle
    Est
    "insoutenable",
    Mais
    C'est
    L'ultime force....

    Viens
    Dans mon cri,
    Mon coeur,
    Avec
    La connivence,
    Nous aurons
    Dans nos mains
    De quoi,
    Amour,
    Le monde entier
    Tenir.

    Posté par Neferjuju, 08 juin 2011 à 09:07 | | Répondre
  • Et j'en profite, puisqu'on parle d'écriture et de talent, de vous conseiller le premier roman de Z'arno, Endica.
    " Devenue un métamonde globalisé, l'Humanité a plongé dans un système sécuritaire où chacun appartient à une gouvernance cabalistique.
    Numéros de série, micro-puces, limites de vie, procréation obligatoire, bienvenue dans la geôle civilisationnelle : vous êtes un citoyen mondial.
    Après une narcose de deux décennies, Jill Wakenight se réveille au coeur de New York : la non-ville, secteur post-urbain démantelé, champ de bataille pour escouades de rats.
    Créée pour tuer, inventée pour survivre, ses rencontres l'amènent toujours à la même question : doit-on imposer la liberté à un monde qui n'en veut pas ?"

    Et lui aussi a dessiné la couverture de son livre. Normal, il est dessinateur. Mais il écrit aussi bien qu'il dessine ce jeune Padawan !
    Lisez Endica. C'est très bien écrit, les dialogues sont savoureux, et surtout, les questions posées sont essentielles. (Et pis c'est moi que j'ai fait les corrections !)

    Renarblanc, Z'arno... Deux bouquins très différents de deux garçons très différents, mais au fond, le même cri de rage et d'amour, et la même soif d'humanité.
    Honorée de compter parmi leurs ami(e)s.

    http://www.thebookedition.com/endica-de-z-arno-p-33338.html

    Posté par Neferjuju, 08 juin 2011 à 09:24 | | Répondre
  • Thank you !

    Ouais, faisez gaffe ! C'est du Cyberpunk apocalyptique ! (Mais avec des belles nenettes et du rock and roll hein, quand même...)

    Merci !

    Posté par Z'arno, 08 juin 2011 à 18:50 | | Répondre
  • Et ça a l'air sympa ton bouquin Renarblanc ! En tout cas les extraits me parlent bien

    Posté par Z'arno, 08 juin 2011 à 18:52 | | Répondre
  • Les mouettes

    Pas vos gueules les mouettes, non.

    C'est le nom de l'hôtel-restaurant où nous avons dignement fêté les 90 ans de ma mère. Déjeuner au champagne.

    http://www.lesmouettes.com/

    Vue sur l'ile de Groix, mer superbe.

    Parmi les bises, il y avait celle de Nefer.

    Posté par xtal, 08 juin 2011 à 22:52 | | Répondre
Nouveau commentaire